Lexique comptabilité BTP

A,  B,  CD EFG,  H,  I,  J, KL, M, N, O,  P, Q, R,  S,  T,  U, V, W, X, Y, Z

Retrouvez ici tous les termes indispensables pour appréhender avec sérénité la gestion comptable, financière, administrative et juridique de votre entreprise du BTP.

A

ACTIF 

Elément appartenant à l’entreprise et ayant une valeur économique. 

ACTIF CIRCULANT 

Ensemble des actifs n’ayant pas vocation à rester durablement dans l’entreprise (ex : stocks de marchandises, créances clients, créances sur l’Etat)


ACTIFS IMMOBILISÉS 

Actifs incorporels : logiciels

Actifs corporels : constructions, agences, mobilier de bureaux, matériel informatique, imprimante.

Actifs financiers : titres de participations, cautions, prêts

AMORTISSEMENT

L’amortissement permet de rendre compte de la dépréciation d’un bien détenu par l’entreprise en raison de son usure ou de son obsolescence. L’amortissement peut être dégressif ou linéaire. 

AMORTISSEMENT DÉGRESSIF  

L’amortissement dégressif se manifeste par une dotation plus importante les premières années. Cela concerne les biens achetés à l’état neuf (matériel industriel, informatique, de bureau…). La dotation correspond à la valeur nette du bien, multipliée par le taux d’amortissement. Celui-ci s’obtient en multipliant le taux d’amortissement linéaire par un coefficient fixé par la loi. Quand le taux d’amortissement linéaire calculé à partir du nombre d’années restantes est supérieur au taux d’amortissement dégressif, on applique alors le taux linéaire.  

AMORTISSEMENT LINEAIRE  

L’amortissement linéaire se caractérise par une dotation annuelle constante pendant toute la durée de vie prévisionnelle du bien. Cela correspond à la valeur brute du bien (valeur d’origine du bien), multipliée par le taux d’amortissement. 

ANNEXE COMPTABLE 

L’annexe comptable est un élément constitutif des états financiers d’une entreprise. L’annexe complète et commente l’information donnée par le bilan et le compte de résultat.   

AUTOLIQUIDATION DE LA TVA 

En principe, la TVA est collectée par l’entreprise auprès de son client. Elle est ensuite reversée à l’État. Dans le secteur du BTP, l’autoliquidation de la TVA s’applique quand des travaux sont effectués par un sous-traitant pour le compte d’un donneur d’ordre soumis à la TVA. Cela signifie que la TVA n’est pas payée par le sous-traitant. C’est le client final, à savoir l’entreprise preneuse, qui paie directement la TVA. 

B

BALANCE  

Il s’agit d’un état synthétique qui permet de faire apparaître les soldes de tous les comptes et de préparer l’établissement des documents de synthèse, à savoir le bilan et le compte de résultat. 

BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT (BFR)  

Le BFR se définit comme la différence entre les actifs d’exploitation et les passifs d’exploitation considérés au sens large. L’expression simplifiée du BFR est la suivante :  BFR = actif circulant (stocks + créances clients) – passif circulant (dettes fournisseurs + dettes fiscales + dettes sociales + autres dettes non financières). 

BENEFICE 

Le bénéfice correspond à la différence entre le produit et les charges de l’entreprise. 

BILAN 

Le bilan décrit séparément les éléments actifs et passifs de l’entreprise, et fait apparaître, de façon distincte, les capitaux propres. C’est en quelque sorte une photographie de l’agence à un instant T. 

On peut schématiser de la façon suivante : Bilan = Actif – Passif

C

CAPACITÉ D’AUTOFINANCEMENT 

La capacité d’autofinancement correspond à la capacité d’une entreprise à se financer par elle-même, et cela en-dehors de toutes sources extérieures (ex. Emprunts…). Cet indicateur représente le surplus financier obtenu après avoir soustrait de ses encaissements les décaissements nécessaires au fonctionnement de l’entreprise.

CAPITAL SOCIAL 

Il s’agit de l’argent que les fondateurs déposent au moment de la création de l’agence ou au moment d’une augmentation de capital.

CAPITAUX PROPRES 

Les capitaux propres peuvent être illustrés par la formule suivante :

capital social + résultats des années passées – les dividendes. 

CAUTION BANCAIRE 

Elle correspond à un engagement pris via un établissement financier afin d’assurer le paiement d’une somme déterminée en cas de non-respect par l’entrepreneur des obligations contractuelles prévues dans le cadre du marché privé ou public conclu avec le maître d’ouvrage. 

CHIFFRE D’AFFAIRES (CA)

Il s’agit de la somme des factures transmises aux clients d’une entreprise, diminuée des avoirs, et cela même si les factures ne sont pas payées. 

COMMISSSARIAT AUX COMPTES 

La forme juridique de votre entreprise et/ou le dépassement de seuils financiers peut vous imposer à nommer un commissaire aux comptes. Le commissaire aux comptes sera chargé de certifier vos comptes annuels et consolidés (audit légal). En savoir plus sur les seuils nécessitant le recours à un commissaire aux comptes. 

COMPTABILITE ANALYTIQUE 

La comptabilité analytique permet de suivre et d’analyser avec précision les produits et les charges rattachés à chaque projet ou à chaque activité de l’entreprise, réalisés lors de l’exercice. 

COMPTE DE RESULTAT 

Le compte de résultat récapitule les produits et les charges de l’exercice, sans qu’il soit tenu compte de leur date d’encaissement ou de paiement. il fait apparaître, par différence, après déduction des amortissements et des provisions, le bénéfice ou la perte de l’exercice. les produits et les charges, classés par catégorie, doivent être présentés soit sous forme de tableaux, soit sous forme de liste…

COMPTE PRORATA 

Créé à partir du moment où plusieurs entreprises participent à un même chantier, le compte prorata permet de répertorier l’ensemble des dépenses communes aux différents intervenants dudit chantier.  Au prorata de chaque entreprise participante, il vous faudra prendre en compte charges et acomptes déjà reçus et comptabiliser la TVA.   

 

D

DÉCOMPTE GÉNÉRAL DÉFINITIF (DGD) 

Le décompte général définitif ou DGD est un document incontournable dans le cadre de la réception des travaux. Il permet de mettre fin à l’exécution d’un marché de travaux, que ce soit au niveau financier ou juridique. Le DGD reprend l’ensemble des droits et des obligations des différentes parties prenantes en vue de mettre un coup d’arrêt au solde des travaux.  

DÉPRÉCIATION 

Diminution de la valeur d’un actif matérialisée par un amortissement ou une provision.  

DETTES FINANCIÈRES
Les dettes financières correspondent aux emprunts ou aux découverts bancaires ou compte courant d’associé. 

DETTES D’EXPLOITATION
Il s’agit des dettes fournisseurs liées à l’exploitation, aux dettes fiscales et sociales. 

DETTES HORS D’EXPLOITATION
Cela correspond aux dettes non liées à l’exploitation. 

DOTATION AUX AMORTISSEMENTS 

Cela correspond à la quote-part du matériel qui est amorti chaque année. 

E

EXCÉDENT BRUT D’EXPLOITATION (EBE)  

L’excédent brut d’exploitation est le solde entre les produits d’exploitation et les charges d’exploitation qui ont été consommées pour obtenir ces produits. Il correspond au résultat du processus d’exploitation, mais diffère du résultat d’exploitation dans la mesure où il ne prend pas en compte le processus d’investissement par le biais des dotations aux amortissements et aux provisions. L’EBE est une donnée clé de l’analyse du compte de résultat, notamment pour comparer deux entreprises entre elles. 

ETAT DE RAPPROCHEMENT BANCAIRE 
Etat permettant de rapprocher à une même date, soit à chaque fin de mois, soit à la date de clôture comptable, le solde bancaire mentionné sur votre relevé bancaire et celui figurant en comptabilité. 

F

FLUX DE TRESORERIE  

Variation de la trésorerie. Ces flux sont positifs quand ils augmentent la trésorerie (encaissements) ou négatifs dans le cas contraire (décaissements).  

 

FONDS DE ROULEMENT  

Le fonds de roulement est défini comme l’excédent de , par rapport aux emplois durables, utilisé pour financer une partie des actifs circulants :

FRNG = Ressources stables et durables[1] – Emplois durables[2]. 

Le fonds de roulement correspond à : 

  • la partie des ressources stables qui ne finance pas les emplois durables.
  • la partie des actifs circulants financée par les ressources stables.

Il se calcule selon la formule suivante : FRNG = Capitaux permanents – Actifs immobilisés.

G

GRAND LIVRE DES COMPTES  

L’ensemble des comptes de bilan et ceux du compte de résultat d’une entreprise constitue le grand livre des comptes. 

H

HOLDING  

Il s’agit d’une société dont l’objet est de gérer les participations qu’elle détient dans d’autres sociétés dans le but d’y exercer un contrôle prépondérant. 

I

IMMOBILISATION 

Une immobilisation est un actif détenu par l’entreprise et utilisé pour les besoins de son activité pendant plus d’un cycle d’exploitation. Une immobilisation peut être incorporelle, corporelle ou financière. 

INVENTAIRE PHYSIQUE DES STOCKS 

L’inventaire des stocks de l’entreprise est un état détaillé listant, à une date donnée, l’ensemble des quantités de chaque référence achetée ou produite par l’entreprise. 

IR 

Impôt sur le revenu 

IRPP  

Impôt sur le Revenu des Personnes Physiques (impôt payé en tant que contribuable).  Le solde de cet Impôt est à verser au mois de septembre. 

IS 

Impôt sur les sociétés 

 

J, K 

KBIS

Ce document officiel délivré par le greffe du tribunal de commerce. est en quelque sorte la carte d’identité de l’entreprise commerciale. Le KBIS atteste de son existence juridique et de son enregistrement au registre du commerce et des sociétés.
Valable 3 mois, le KBIS est nécessaire pour ouvrir un compte bancaire professionnel ou encore pour répondre à un appel d’offres public. 

 

L, M, N, O

MARGE BRUTE  

La marge brute dépend de l’activité de l’entreprise. On y trouve, pour les entreprises de distribution, la marge commerciale et, pour les entreprises industrielles, la marge sur consommation de matières.

MARGE BRUTE DE PRODUCTION  

La marge brute de production correspond à la formule suivante : 

= (production vendue + la variation des stocks de produits finis (ou production stockée) + la production immobilisée auxquelles) – (achats de matières premières + la variation de stocks de matières premières + la sous-traitance).

MARGE COMMERCIALE 

La marge commerciale correspond à la différence entre le prix de vente et le coût d’achat.

P, Q, R

RAPPROCHEMENT BANCAIRE 

Le rapprochement bancaire est le contrôle permettant d’identifier les écarts entre le solde bancaire mentionné sur le relevé bancaire et le solde comptable du compte bancaire. Un état de rapprochement bancaire (ERB) est généré à l’issu du contrôle. 

 

RÉSULTAT D’EXPLOITATION

Cela correspond aux produits d’exploitation diminués des charges d’exploitation.

 

RETENUE DE GARANTIE 

La retenue de garantie est une partie du montant total du marché qui est conservée pendant un certain temps après la réception des travaux. Cette somme, qui représente entre 5 et 10 % du montant total des travaux, permet au maître d’ouvrage de couvrir les coûts liés à d’éventuelles malfaçons constatées durant ce laps de temps. 

 

S

SEUIL DE RENTABILITE 

Le seuil de rentabilité correspond au niveau de chiffre d’affaires à atteindre pour couvrir les charges fixes et variables de l’entreprise.

SIREN  
« Numéro de sécurité sociale » de l’agence. Numéro donné par l’organisme INSEE.

 

SIRET 

Le SIRET inclut le numéro SIREN plus 5 chiffres qui dépendent de la localisation du siège de la société. Les deux derniers chiffres sont attribués par le centre des impôts dont dépend la société.

SOLVABILITE  

La solvabilité correspond à l’aptitude de l’entreprise à faire face à ses engagements en cas de liquidation, à savoir lors de l’arrêt de l’exploitation et de la mise en vente des actifs. Une entreprise sera considérée comme insolvable quand elle doit plus qu’elle ne possède.

STATUT JURIDIQUE
Véritable colonne vertébrale de votre entreprise, le statut juridique définit le cadre légal dans lequel vont se dérouler les activités de l’entreprise. Il conditionne les règles de gestion et de fonctionnement de l’entreprise.

 

T

TAUX D’AMORTISSEMENT  

Le taux d’amortissement, c’est le pourcentage utilisé pour connaître l’amortissement d’un bien. Ce dernier s’obtient en divisant par 100 le nombre d’années de la durée prévisionnelle du bien. 

TITRES IMMOBILISÉS 

Titres représentatifs de parts de capital ou de placement à long terme que l’entreprise a l’intention de conserver durablement. 

TITRES DE PARTICIPATION 

Actions ou parts sociales détenues durablement par une entreprise et lui permettant d’exercer un contrôle des sociétés en question. Pour être considérés comme titres de participation, une entreprise doit détenir entre 10 et 50% des actions ou des parts sociales d’une autre société.

TNS  

Travailleurs non-salariés

TS  

Travailleur salariés (affiliation à l’URSSAF)

TRÉSORERIE 

La trésorerie correspond à l’argent présente sur le compte bancaire et les SICAV monétaires. 

U, V, W, X, Y, Z

VALEUR AJOUTÉE 

Elle correspond à la richesse brute d’une entreprise, générée par ses activités courantes. Elle est la différence entre le chiffre d’affaires réalisé sur une période et les services et biens consommés au cours de cette même période.